ID 64
permalink
library I-VgcFondo Rolandi GRANDE FORMATO VARI AUTORI VAUDEVILLES
title-page

UN NOTAIRE À MARIER / comédie-vaudeville en trois actes / par / MM. Marc Michel, Labiche et A. de Beauplan / représentée pour la première fois à Paris sur le théâtre des Variétés le 19 mars 1853

edition ParisMichel Lévy
tipografia Dondey Dupré
s. a.
format 30,5x20,9; pp. 26
acts atti 3
illustrations

1 incisione (vignetta scenica; G. Perrichon; p. 1) 

performance s. l.s. a.
libretto Marc Antoine Amédée Michel - Eugène Labiche - Victor Arthur de Beauplan
composer Adolphe Adam - Pierre Julien Nargeot
characters and performers
Ernest Desruel notaireCharles Pérey
Buzonville ancien notaireNuma
Champignol riche marchand verdurierLeclère
Canuche son garçon de boutiqueKopp
De LussangMutée
Théodule élève de l'école de SaumurDelière
Pont BichetCharier
Lucien premier clercRhéal
Madame de LussangGabrielle
Lucile sa filleuleBlanche
Madeleine fille de ChampignolVirginie Duclay
Madame de VermoellonGénot
M.lle de Vermoellon sa filleEugénie
Quatre clercs parlantClémence - Delpèche - Édouard - Ocalif
Deux domestiques parlantPellerin - Louis
Clercs de notaire, invités des deux sexes 
remarks

[R.] Iª rappr. Parigi, Variétés, 19 marzo 1853. Testo con prosa; nomi dei primi esecutori. È il n. 131-132 del «Théâtre contemporain illustré», databile al 1855 circa. Di Adam è valzer Ah! quel plaisir délicieux da La poupée (II 9); di Nargeot sono a. da L'amour (Je sais faire, I 12), a. Amis, la table est mise da Le roi des drôles (II 15), a. da La filleule à Nicot (Au chemin de Strasbourg, III 4), a. da Paris qui dort, finale IV (Voyez, voyez, en ces lieux quel scandale!, III 18) e a. finale da Les souvenirs de jeunesse (Venez, monsieur, l'on vous en prie, III 18). Si utilizzano inoltre: a. da Corde sensible (Qu'on s'en donne!, I 1); danza da L'enfant prodigue (D'une future, I 6); a. Quel repas délectable da La val d'Andore (I 10); a. Voilà du petit trompette da Guillery (III 1); danza da Le prophète (Ah! voyez donc, c'est charmant, III 5); a. Ah! c'est une infamie! da Boccace, V (III 13).